Souvenirs Olfactifs

Mémoire sensorielle

L’enregistrement sensoriel est ce qui nous met en contact avec le monde extérieur. En effet, à chaque instant nous sommes exposés à une multitude de stimuli dont pour la plupart nous ne prenons pas conscience. Cependant, même s’il est nécessaire de porter notre attention sur ces stimuli pour en saisir le sens, cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas enregistrés par notre organisme. Au contraire, toutes les informations qui atteignent nos sens sont enregistrées.

On compte la mémoire olfactive comme étant la meilleure. En effet, des études ont mené au constat qu’une odeur, bien qu’on n’ait pas pris conscience de cette odeur, reste enregistrée pour toute ou presque toute sa vie.

Un auteur s’est penché sur cette idée de mémoire olfactive, Marcel Proust. En effet, celui-ci a remarquablement évoqué le parfum des petites madeleines trempées dans le thé, analysé les souvenirs qui s’y rattachaient et repéré les mécanismes de la mémoire olfactive.

« Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray ma tante Léonie m’offrait . La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté. Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à porter sans fléchir l’édifice immense du souvenir. »

De la ténacité des souvenirs olfactifs.

Plus que toute autre, la mémoire des odeurs nous renvoie à des souvenirs anciens.

Perception guidée. La pratique professionnelle de l’oenologue ressemble à celle du parfumeur. Comme lui, des souvenirs olfactifs de l’enfance structurent pour une part sa perception. Ce référentiel olfactif propre à chaque oenologue va jouer dans l’expérience sensorielle en suggérant toujours les mêmes critères analytiques et en orientant les termes utilisés pour décrire les sensations les descripteurs. Ainsi, lors d’une dégustation, un oenologue associe systématiquement l’odeur de pêche au lointain souvenir du verger de son grand-père. Un autre rapproche l’odeur du musc de celle du vieux linge de maison que, tout enfant, il découvrait dans une malle entreposée dans le grenier de sa grand-mère. Chacun produit sa propre image mnémonique de l’odeur, plutôt agréable, et, d’une certaine manière, se l’approprie sans que pour autant sa perception globale soit très différente de celle de ses confrères.

Racontez nous votre souvenir Olfactif:

La Boulangerie
Quelle Enfance !
Soir d'été
L'odeur de la pluie des vacances.

 

Vous aimez ? Partager sur :


Please wait...
Parfum